Légèreté et souplesse semblent être les enjeux de poids auxquels les centaines de producteurs d'eau sont désormais confrontées.

D’après ce qui figure sur site de la NoBottle, l’eau conditionnée en 500ml est l’unité la plus consommée dans le monde : 1,6 billions soit des millions de millions de petites bouteilles qui traversent allègrement la planète (mille milliards de sabords). C’est pour cela que la NoBottle est si légère (9,9g/500ml). Cependant, elle demeure une bouteille - aussi souple soit elle - une bouteille presque gourde, sans vouloir vexer ses concepteurs qui y ont peut-être pensé en la développant. (à droite: NoBottle, bouteille gourde 9,9g pour 500ml)

Si l’on raisonne d'un strict point de vue « Ecologique », de la chaine d’embouteillage à la livraison aux magasins, puis dans nos chariots et nos foyers, cela vaut la peine de tout bien mettre à plat, au sens propre du terme. Boire partout une eau de bonne qualité et laisser le moins de traces possibles est notre idéal de modernité durable.

Comme la bonne vieille Gourde du Désert (à gauche), la Poche à Eau moderne, en version mini 250ml (voir plus loin) ou maxi (Waterpouch à droite, ancêtre de l'outre de peau) est légère, souple et compactable. Elle épouse les formes de l'eau, de laissant aucun vide inutile dans le contenant.

La poche est relativement peu utilisée en boissons chez nous; Le graphique ci-dessous montre à quel point en France, la poche compte peu en termes de packaging, pour les jus. Alors qu'aux Etats-Unis, dans les jus ambiants, les gourdes représentaient déjà en 2007, 34% des packagings (le PET 30%, le carton 21%). Quant à l'eau en gourde, il y a très peu de tentatives industrielles. 

Est-ce un problème d'usine ou de consommateurs réfractaires ?

Répartition des types d'emballages en France, pour les jus de fruits de moins de 33cl.

L’écologie de la Gourde ?

L'eau exigeant de la transparence, les gourdes qui la contiennent sont souvent en polyéthylène, de la Dolphin à 250ml (à gauche), la plus légère 3,5g pour 250ml et 6g pour 500ml : sans bouchon, elle est utile mais pas agréable. A la Ice Water Pouch 500ml (à droite), 14,8g dont 6g de bouchon pour 476ml, soit 8,8g, proposée par KHS , de belle tenue et ergonomique.

Prêtons-nous à une très sommaire analyse d'impact:  à l'usine, le film plastique arrive en rouleaux, rien de plus compact ; les gourdes (plate et uniquement plate) sont conditionnées en flux tendu (http://www.khs.com/img/pool/KHS_A_6_33_Pouch_en.pdf) puis sur-conditionnés en cartons (un rangement simple, au carré) ou filmés avant la livraison. Alors que l'on met 1200 bouteilles de 500ml sur une euro-palette, on peu aller jusqu'à ...1800 gourdes d'eau sur une palette.

Ecolean (a lighter approach to packaging) a aussi publié un document comparatif intéressant sur son packaging (Download Environmental comparison).

Avec sa poignée soufflée, le pack Ecolean s’apparente plus a une « cruche molle » qu’à une gourde, une réminiscence des sacs à lait que l’on trouvait dans les années 60. Semi-transparente et au toucher doux (grâce à la craie qui entre dans sa composition), elle est belle, d’ouverture facile, préhensible et stable, ce qui la rend d’usage facile pour les enfants et les seniors. Mais c'est un autre concept, résolument plus domestique que nomade.


Et le plaisir de boire ?


Maintenant que nous savons qu'il est plus rationnel de consommer à la gourde qu'à la bouteille, parlons-un peu du plaisir de boire (qui pourrait bientôt nous être enlevé, car il n'est pas écologiquement correct). Sans embout (bouchon, paille, tube) se désaltérer n’est pas agréable. Le contact du plastique mou me rappelle celui du Mister Freeze en fin de vie. Sur la Dolphin, boire est très "rustique", c'est payer cher la modernité. 

Nous sommes tellement habitués aux bouteilles d’eau dont le goulot permet de boire goulument pour étancher sa soif, donnant à l’eau sa dimension gourmande (goulot, gouluement et gourmande ont la même étymologie: gueule). Et puis ce geste tellement représentatif de notre performance au quotidien, ce geste de la bouteille levée au ciel est un signe plus important qu’il n’y parait. 
Lorsqu’il faut y aller « doucement »- dans le désert ou après l’effort – nous régulons notre soif au bouchon-sport ou via un tube flexible, mais il y a toujours un embout. En celà, Platypus (à droite) m'a paru étrangement hybride avec sa poignée et son bouchon. Elle pèse 23 grammes avec bouchon pour une capacité de 1 litre; quant à Ecolean, sont poids est de 16g.

Et pour les grosses soifs ?

Le bag-in-Box, l’outre dans un carton, reste ultra économique http://www.rapak.com/fr/water.asp. Il en existe des domestiques (5 à 20l) et des plus conséquentes dans le cas où il faudrait désaltérer vite de grandes populations http://www.smurfitkappa-bag-in-box-tm.com/DropdownMenu/Produits/GRANDS+CONTENANTS/. De quoi transporter de l'eau d'Evian vers les populations en ont plus besoin que nous, dont l'eau du robinet est si...délicieuse !

Si on supprime la boite, on a cette solution intéressante (packaging CLP à gauche) qui fait évoluer la poche à eau classique vers un contenant stable et pratique (3 à 5l) : http://www.convertingmagazine.com/article/CA6636749.html

Pour aller plus loin, les informations et analyses des constructeurs de packaging sont les bienvenus sur ce blog.